Livre blanc – Le suicide des jeunes : l’autre urgence

Suicide des jeunes :

l'autre urgence

Un livre blanc de la Fondation Ramsay Santé sur le suicide des jeunes et les actions de prévention santé

Le suicide des jeunes : l'autre urgence

Aujourd’hui, la santé mentale des jeunes est au centre de toutes les préoccupations. Particulièrement exposés au risque suicidaire depuis plusieurs années, les 15-25 ans sont plus vulnérables que jamais. À l’heure de la pandémie de COVID-19, les jeunes paient un lourd tribu à la situation sanitaire.

Le livre blanc de la Fondation Ramsay Santé, attentive à la prévention santé des jeunes, dresse un état des lieux de la santé mentale des 15-25 ans en France. Il s’appuie en partie sur une étude flash réalisée auprès de 1 000 jeunes, en amont des Rencontres prévention santé qui ont eu lieu à l’automne 2020. Le livre blanc revient sur les facteurs qui nourrissent le risque suicidaire ainsi que sur le déficit de dispositifs adaptés. Il propose aussi des solutions de prévention et d’accompagnement pour contribuer à enrayer ce douloureux phénomène.

Plus que tout, il y a urgence à agir collectivement pour une meilleure prise en charge de la santé mentale des jeunes.

Suicide des jeunes : l'autre urgence
Suicide des jeunes : l'autre urgence

Les constats

Les facteurs de risque suicidaire sont multiples.

Parmi eux, les troubles dépressifs, mais aussi les pratiques numériques* dont les effets peuvent être désastreux sur la santé mentale des plus jeunes. En cause, les réseaux sociaux, qui favorisent les pratiques de harcèlement et de cyber-harcèlement, cités comme un facteur majeur de pensées suicidaires et de passage à l’acte. Les jeunes déplorent l’inaction du système scolaire dans la lutte contre ce fléau qui nourrit la détresse des individus en position de vulnérabilité.

La crise sanitaire touche durement les plus jeunes.

Les 15-25 ans évoquent leurs difficultés à trouver leur place dans une société ultra-compétitive, qui peine à fournir à sa jeunesse de véritables perspectives. Ces inquiétudes se trouvent aujourd’hui renforcées par la crise sanitaire, venue cristalliser les angoisses liées à l’avenir, sur fond de solitude et de précarité financière.

Les dispositifs de prévention et d’accompagnement sont souvent méconnus et parfois, inadaptés.

Alors que près de 40 associations sont dédiées à l’accompagnement social et/ou psycho-logique des jeunes en souffrance, leur existence reste souvent ignorée du public concerné. De plus, leur couverture du territoire demeure inégale et leurs actions ne bénéficient pas toujours d’un relais adéquat par les élus et professionnels de santé.

La prise en charge et le suivi des jeunes exposés au risque suicidaire doivent être améliorés.

À l’heure actuelle, les délais d’accès aux soins pour un jeune en souffrance psychique sont de plusieurs mois. Quant aux structures d’urgences, bien souvent, elles ne prévoient pas la mise en place de suivi pérenne des jeunes ayant tenté de se suicider. Coordonner les dispositifs et acteurs de la santé mentale pour assurer une véritable continuité des soins est aujourd’hui une priorité.

* : Observatoire National du Suicide

Lever les tabous autour du suicide, construire la prévention de demain

Nos convictions : la prévention du suicide des jeunes ne sera véritablement efficace qu’en étant pensée pour et par les jeunes. À nous de construire ensemble les actions d’information et de prévention de demain.

  • L’heure est à l’articulation des dispositifs de santé scolaires avec les services de soins afin d’orienter les jeunes vers les structures adaptées.
  • Les proches des jeunes en situation de vulnérabilité jouent un rôle fondamental. Tantôt oreilles attentives, tantôt lanceurs d’alerte, ils doivent être formés aux mécanismes du risque suicidaire pour pouvoir réagir en cas de besoin. Plusieurs dispositifs ont récemment vu le jour pour soutenir ce type de démarche.
  • Les initiatives dédiées à la santé mentale des jeunes sur tout le territoire doivent être déployées sur l’ensemble du territoire et être accessibles à tous.
  • Les réseaux sociaux sont un canal de communication privilégié pour atteindre les jeunes. Aujourd’hui, les dispositifs de prévention du suicide ne peuvent plus se passer des pratiques numériques.
  • La Fondation Ramsay Santé prévoit la création d’une structure collaborative qui viendra à la fois nourrir les débats sur le suicide chez les jeunes et soutenir l’information des 15-25 ans sur les dispositifs qui leur sont dédiés.
Suicide des jeunes : l'autre urgence
Livre blanc - Suicide des jeunes : l'autre urgence
*